Selon une étude scientifique, acheter un livre d’échecs sans l’étudier ne fait pas progresser.

Voilà qui met à mal une pratique très populaire chez les joueurs d’échecs : pour s’améliorer, le simple fait d’acheter un bouquin d’échecs ne suffirait pas, il faudrait l’étudier.

books

Il découvre un moyen inédit de progresser aux échecs

Pierre B, chercheur en psychologie sociale et joueur d’échecs amateur au classement flirtant avec les 1800 Elo nous détaille son étude, dont les résultats devraient bouleverser les méthodes d’entraînement des joueurs d’échecs.

« 99% des joueurs d’échecs ont le même rapport aux livres : quand ils veulent progresser, ils s’achètent quelques livres après les avoir feuilletés en s’imaginant bientôt gagner des dizaines de points Elo. Revenus chez eux, ils rangent directement les bouquins dans leur bibliothèque et n’y touchent plus jamais, si ce n’est parfois pour lire les quelques pages d’introduction avant de les reposer.
Cette méthode d’entraînement est tellement répandue que personne n’a jamais osé la remettre en question. Mais mon étude montre qu’elle n’est pas optimale. »

Pierre a sélectionné 122 joueurs d’échecs de club, classés entre 1400 et 2300 Elo et les a séparés en deux groupes grâce à un tirage au sort. Le premier groupe se voyait offrir 3 livres d’échecs et avait pour instruction de s’entraîner comme d’habitude, c’est-à-dire en rangeant les livres sans les lire. Le deuxième groupe recevait les mêmes livres mais devait les étudier en entier, à raison d’une heure d’entraînement par jour. Les résultats sont sans appel : un an plus tard le groupe qui a étudié les livres a progressé en moyenne de 90 points tandis que le groupe contrôle a stagné au classement Elo.

Pierre ne compte pas s’arrêter là et envisage de démystifier un autre entraînement très fréquent : regarder passivement les évaluations des parties en direct, sans réflexion. D’après le chercheur, il vaudrait mieux couper le module et réfléchir à la partie mais « cela reste à prouver. »

 

 

3 réflexions sur “Selon une étude scientifique, acheter un livre d’échecs sans l’étudier ne fait pas progresser.

  1. Cette étude est particulièrement surprenante. Pendant toutes mes études, j’ai emprunté énormément de livres à la bibliothèque universitaire juste avant les examens, j’ai imprimé des milliers de pages de polycopiés, et tout s’est très bien passé!

    Tout le monde faisait comme moi d’ailleurs, et personne n’aurait imaginé lire tout ça, et encore moins l’étudier.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s