A 23h58 il se dit « allez, un dernier blitz et j’arrête » et finit sa session à 4h17

Il a fallu à Jérémy B. plus de 4h après sa « dernière partie » pour clore sa soirée blitz. Chessbah enquête.

chess

« Au final, je n’ai joué que 53 blitz après mon dernier, ça va. »

C’est dans un café parisien bien connu des joueurs d’échecs que l’un de nos journalistes a rencontré Jérémy B., autant d’années que de centaines de points Elo, à savoir 22, pour qu’il nous raconte sa soirée blitz sur internet de la veille.

« Voyant minuit approcher, je me suis dit « allez, un dernier blitz et j’arrête ». Mais j’ai lâché la dame sur un prémove. Clairement, ça comptait pas. Donc j’ai cliqué sur « nouvelle partie ». Plusieurs fois, il est vrai.
1h du matin sonna.
J’étais dans une mauvaise phase. Je me suis promis d’arrêter à ma prochaine victoire. J’ai gagné la partie suivante. Alors que je savourais, mon adversaire m’a écrit sur le chat « No rematch ? Coward… Typical French ». Je me suis senti obligé de lui accorder une revanche.
2 heures passèrent.
J’étais en plein rush. Ainsi ai-je décidé de terminer à ma prochaine défaite. Mais je suis tombé avec dame et tour contre juste un pion. Il fallait que je rejoue.  »

Sentant l’histoire se prolonger indéfiniment, je l’interrompis : « Tout de même, à 4h17, vous avez eu la volonté de mettre un terme à la session. »

Penaud, Jérémy avoua « A dire vrai, j’étais en tilt et j’ai détruit ma souris… Bon, au final, je n’ai joué que 53 blitz après mon dernier, ça va. »
Puis, comprenant l’interview terminée, il proposa « On reprend un verre ? Mais, ça sera le dernier… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s